Home » Responsabilité Sociétale » Label B Corp : pour des entreprises au service de l’intérêt général
responsabilité sociétale

Label B Corp : pour des entreprises au service de l’intérêt général

En collaboration avec
En collaboration avec

La certification B Corp est octroyée aux sociétés commerciales répondant à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance ainsi que de transparence envers le public. 

Susanne Koolhof
Impact Manager
chez Revive

La S.A. Revive est un promoteur immobilier développeur de projets durables, qui fait revivre les vieilles friches industrielles et les sites négligés en centre-ville, pour les transformer en centres urbains verts. Pour son action, Revive a été la première entreprise belge à se voir attribuer la certification B Corp, octroyée dans le monde entier par l’asbl B Lab, sur base de critères stricts en matière de RSE. 

Pour Susanne Koolhof, Impact Manager chez Revive, B Corp présente une réelle valeur ajoutée par rapport aux autres labels : « Ce label propose une approche holistique de tous les aspects de l’entreprise et du produit qu’elle développe, en la reconnaissant comme ayant des effets bénéfiques sur le monde qui l’entoure. De plus, B Corp donne vraiment le sentiment d’appartenir à une communauté, en développant un lien solide entre les sociétés ayant reçu le label, mais aussi celles qui agissent pour le recevoir. »

Objectif Net Zéro 2030

Dans cette optique, de nombreux évènements ont déjà été organisés par Revive pour inspirer d’autres entreprises à devenir elles aussi B Corp : séances d’information, ateliers thématiques…, mais aussi la signature de Net Zéro 2030 avec le collectif climat de B Corp : « Les entreprises participantes s’engagent à atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2030. Là encore, le fait d’appartenir à la communauté B Corp permet de s’encourager mutuellement dans la bonne voie et même de progresser plus rapidement que prévu initialement. »

Préserver les ressources

Parallèlement, Revive est également classé « Best For the World B Corp » dans la catégorie Environnement, à savoir que l’entreprise prend des mesures pour préserver de précieuses ressources : « Hormis notre mission première qui est de développer des projets durables, nous oeuvrons au recyclage de nos déchets industriels, au monitoring de notre consommation d’eau et d’énergie, à l’utilisation d’un mobilier circulaire, ou encore à travailler dans un environnement de co-working. Mais aussi à éviter le gaspillage de nourriture quand nous organisons une réception. » 

Enfin, Revive définit chaque année un certain nombre de points d’action précis : « Par exemple, pour 2023, travailler sur l’empreinte carbone des projets en se concentrant sur les matériaux utilisés, le type de béton. Mais aussi, définir de façon précise dans nos statuts une série d’objectifs environnementaux et sociétaux que chaque département de l’entreprise se devra de respecter. »

« Actuellement, la plupart de nos projets en exploitation sont déjà neutres en CO2 », explique Susanne Koolhof. « Cependant, notre ambition va plus loin puisque notre objectif est d’atteindre la neutralité climatique dans l’entièreté du processus de construction. Pour ce faire, la première étape est de calculer l’empreinte carbone de chaque étape avec précision. Ce n’est qu’en identifiant où se produisent les émissions les plus importantes qu’il nous sera possible de les réduire efficacement, en opérant des choix en matière de matériaux notamment. » En effet, en 2022, Revive a décortiqué le processus de construction de trois projets : un projet de nouvelle construction, un projet de rénovation et un projet réalisé en ossature bois. Il est dès lors intéressant de comparer les trois méthodes pour déterminer laquelle est la plus durable. 

Pour le projet Minerve à Edegem, Revive met l’accent sur la réutilisation des matériaux après démolition et l’utilisation de matériaux provenant d’autres démolitions , tout en menant une réflexion sur les méthodes de construction.

Pour le projet Minerve à Edegem, par exemple, Revive met l’accent sur la réutilisation des matériaux après démolition et l’utilisation de matériaux provenant d’autres démolitions , tout en menant une réflexion sur les méthodes de construction, « afin que les éléments des nouveaux bâtiments puissent être réutilisés dans le futur », explique Susanne Koolhof.

« Grâce aux données dont nous disposons sur ces différents matériaux, nous pouvons pousser nos architectes et entrepreneurs à mener des projets qui s’inscrivent toujours plus dans la durabilité », poursuit notre interlocutrice. Le projet Tannat, à Molenbeek, illustre parfaitement cette recherche constante d’innovation puisqu’il sera construit en respectant les principes de circularité et utilisera des matériaux innovants comme l’ossature bois, la brique autoportante ou encore l’isolation en brique de chanvre. 

Les fournisseurs aussi concernés 

La démarche durable de Revive ne s’arrête cependant pas là. « Notre engagement dans la communauté B Corp nous pousse à faire preuve de la plus grande transparence tout au long de notre chaine d’approvisionnement. Nous nous efforçons ainsi d’adopter une posture critique vis-à-vis de nos partenaires et contractants, en posant des questions essentielles à propos des transports sur site, de leur consommation en eau et en électricité ou encore de la manière dont les déchets sont traités sur les chantiers. Ce n’est que par cette approche à 360 degrés, en impliquant tous les maillons de la chaine, fournisseurs comme employés, que nous atteindrons l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2030. » conclut Susanne Koolhof.

Next article