Home » Responsabilité Sociétale » « Nous sommes en quelques sortes une métaphore de la société durable »
Durabilité

« Nous sommes en quelques sortes une métaphore de la société durable »

Si l’humanitaire reste le secteur le plus financé, la Loterie soutient de multiples domaines et notamment le sport.

Olivier Alsteens

Directeur opérationnel

Loterie Nationale

Si elle fait rêver les joueurs, la Loterie Nationale belge permet aussi à bien d’autres projets de naître ou d’aboutir… Et à d’autres rêves de se réaliser. Chaque année, elle alloue près de 320 millions d’euros à des projets sociétaux.

Quel rôle la Loterie Nationale belge joue-t-elle en matière de responsabilité sociétale ?

Alsteens : « Nous sommes en quelques sortes une métaphore de la société durable, qui assume complètement sa responsabilité sociétale. Nos joueurs prennent du plaisir à jouer… Tout en étant solidaires. Tous nos bénéfices – 320 millions par an – retournent à des bonnes causes. Il s’agit-là d’une particularité de la Loterie Nationale belge, qui fait de nous un élément structurant de notre société : que ce soit pour les fédérations sportives mais aussi dans le social, dans la recherche scientifique, dans la lutte contre la pauvreté… Grâce à la Loterie Nationale, tous les belges peuvent être mécènes à leur manière ! »

Et le tout, en jouant…

« Le jeu fait partie de la société. Il évoque le plaisir, le frisson et représente une victoire potentielle. Chaque année, environ 7 millions belges participent à l’un ou l’autre jeu de la Loterie Nationale. La moyenne de mises tourne autour de 5 €. Un grand nombre de joueurs et des petites mises, c’est la spécificité de notre modèle par rapport aux opérateurs privés de jeux de hasard. L’autre spécificité de La Loterie nationale, c’est évidemment notre soutien au vivre ensemble et aux bonnes causes. »

« Nous menons également une politique de jeu responsable. Nous sommes fiables et visons à protéger nos joueurs : le montant des mises est surveillé, nous proposons un accompagnement pour nos grands gagnants, etc. »

Quels secteurs en particulier soutenez-vous ?

« Le domaine dans lequel nous investissons le plus, c’est l’humanitaire (notamment dans la coopération au développement où notre soutien se chiffre à 80 millions chaque année), suivi des dotations à la communauté. Viennent ensuite les projets de solidarité et sociétaux, les sciences, le sport, la culture, le patrimoine, etc. La lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement et la promotion de l’égalité des genres sont des axes importants pour nous. »


Notre dynamique est collective et locale : l’argent des joueurs est réinvesti en Belgique pour réaliser le rêve de certaines personnes.


« Ces financements sont attribués soit via les dotations fixées au Conseil des ministres (c’est ainsi que nous finançons Bozar, l’Orchestre National de Belgique, la Croix-Rouge, etc.). Soit via les subsides que nous octroyons directement à certains projets, qui doivent passer une sélection au préalable. »

Qui dit Loterie Nationale, dit rêve !

« Je dirais même, du rêve au carré ! D’une part, le joueur rêve quand il joue – il sait que sa chance est minime, mais il essaye quand même et a du plaisir à le faire. Et avec les bénéfices de ces jeux, nous pouvons financer des projets qui peuvent réaliser le rêve d’autres personnes – ou en tout cas, améliorer leur situation. Nous soutenons par exemple des projets comme Housing First (en partenariat avec les CPAS) qui rénovent des bâtiments au profit des sans abri. Mais aussi, des bourses pour de jeunes scientifiques dans la recherche, des restaurants caritatifs, des photographes qui veulent mener à bien un projet… »

Côté durable, quelle est votre implication ?

« Notre entreprise fait un effort permanent d’implication environnementale, mais aussi de responsabilité sociale. Nous sommes Top Employer, CO² neutral, avons obtenu le label de diversité Actiris… À ce niveau-là, nous sommes vraiment à la pointe de la modernité ! Nos bénéfices ne finissent pas dans les poches de quelques-uns. Notre dynamique est collective et locale : l’argent est réinvesti en Belgique. Cette logique se poursuit en interne, notamment en matière de mobilité ou de consommation. »

« Enfin, nous faisons notamment régulièrement des appels à projets durables. Ce sera notamment le cas en 2020, avec une enveloppe dédiée de 750 000€ ! »

Next article